Couverture livre

J’aurais aimé te voir une dernière fois


Odile Vanhellemont

À l’âge de 20 ans, Hayley est confrontée à une des plus terribles épreuves qu’on puisse connaître dans une existence. Pour la traverser, son seul véritable soutien est l’affection inconditionnelle de son âme soeur, Victoria. Des plages californiennes au Grand Canyon d’Arizona, en passant par les trépidations new-yorkaises, Odile Vanhellemont nous entraîne dans une action dramatique ciselée et subtile.

Sur fond de jeunesse dorée, elle démontre à quel point la tourmente et la perte d’amour, quand elles surgissent, n’épargnent personne, même en étant née dans un milieu aisé. « Vivre ou mourir. Marche ou crève. Souffre ou ne ressens plus jamais rien, ni la douleur, ni la colère, ni la joie. Être ou ne pas être ? Finalement, il faudrait d’abord répondre à cette question. »

Mais ce premier opus de la jeune écrivaine traite aussi de l’amitié entre deux jeunes femmes. Et des limites au-delà desquelles on est parfois prêt à risquer, sinon sa vie, en tout cas son équilibre psychique. La plume délicate de la romancière touche à une thématique cruciale, présente dans certains films célèbres comme « Birdy » ou « Thelma & Louise ». D’ailleurs, avec ses dialogues percutants et ses multiples ambiances de ‘road-movie’, ce récit profond est très cinématographique.

Commander ce livre chez l’éditeur

portrait

Odile Vanhellemont est lauréate du Prix Jeune Public Brabant wallon de la Fondation Laure Nobels (2016). Elle a rédigé la majeure partie de son intrigue à l’âge de 18 ans. Photographe, elle suit des études de journalisme. Elle est foncièrement accrochée à l’écriture romanesque. « Depuis que je suis enfant, écrire est ma passion. Même si je ne deviens pas écrivaine professionnelle, je conserverai ce goût profond de l’écriture et ne la lâcherai jamais ». Si elle aspire à l’indépendance, elle désire entretenir des liens forts avec son entourage, en particulier dans les moments difficiles. « Même si la vie est pleine d’embûches, il faut la vivre. Faire ce qu’on aime, et se donner la possibilité et la capacité de le faire ».